Recettes sur le mobile : Orange en flagrant délit de sous-déclaration


content_image

La Sonatel ne joue pas toujours franc jeu dans ses relations avec l'État. En effet, depuis un certain nombre d'années, les ressources déclarées par Sonatel semblent en deçà de ce qu'elles devraient être. Voilà ce qu'a révélé le Quotidien dans sa livraison de ce matin. Le canard renseigne qu'une enquête minutieuse menée par les services du gouvernement sénégalais a pu démontrer de manière irréfutable et en partant de documents internes à la compagnie, que la Sonatel présentait des chiffres évalués à la baisse en ce qui concerne ses recettes. Les documents que Le Quotidien a pu consulter démontrent que, pour la période qui va de 2011 à 2013, s'agissant de la téléphonie mobile, c'est environ 1 milliard de francs CFA de crédits prépayés, qu'a encaissés la société. Données qui incluent aussi les abonnés Orange que les abonnés Kirène. Et rien que ce montant, étalé sur une année, représente déjà 365 milliards de CFA de recettes. De même, les enquêteurs révèlent que si on y ajoute les chiffres concernant la clientèle Orange Teranga, on se retrouve avec 370 ou 380 milliards de recettes annuelles. Et cela ne prend pas en compte le fixe et l'Internet. Bon an mal an, c'est un gap de plus de 400 milliards qu'on note pour la période. Or, l'utilisation de la téléphonie mobile a connu une croissance exponentielle au Sénégal, qui a bénéficié principalement à Orange.

Dans le même temps, ce sont des chiffres bien en deçà de ceux-là qui sont répertoriés dans le bilan comptable de Sonatel. En effet, le bilan financier que la compagnie de téléphonie a présenté à l'État indique, pour la même période, des recettes de l'ordre de 270 milliards de CFA par an pour le service du mobile dans la globalité.

Pour comprendre l'origine d'un tel gap aussi important, le gouvernement a demandé des explications au Top management de Sonatel, ainsi qu'aux membres du conseil d'administration, auxquels il a présenté les résultats de son enquête. Malheureusement, il n'y a pas eu d'explications convaincantes, plutôt des gens qui s'enfonçaient en voulant se dédouaner, renseigne Le Quotidien. Les enquêtes de l'État ont pu aussi mettre à jour, pour la même période, allant de 2011 à 2013, les services non consommés, à savoir les crédits des clients prépayés dont le délai d'utilisation est arrivé à terme sans que l'utilisateur ne les ait consommés. Ils représentent 15 milliards de CFA. Pour le «Dalal tones», cela représente 4 milliards sur la période.

Tous ces chiffres ont permis, entre autres, aux autorités qui ont supervisé l'appel d'offres pour la 4G, de montrer aux dirigeants de Sonatel, que ce n'était pas, en dehors de leur benchmarking biaisé avec le Maroc ou d'autres pays voisins, une question d'argent qui pouvait les empêcher de s'aligner sur un appel d'offres au prix plancher fixé à 30 milliards de CFA. Rien qu'avec le montant des crédits achetés et non consommés, la Sonatel pouvait récupérer en 6 ans largement ses 30 milliards. Selon les sources de Le Quotidien, les dirigeants de Sonatel ont voulu revenir à des meilleurs sentiments en ce qui concerne la 4G. Ils auraient discrètement approché les services de l'État pour indiquer que la compagnie était dorénavant prête à payer les 30 milliards, à condition que les partenaires officiels annoncent publiquement que c'est plutôt la moitié qui aurait été déboursé. Pour le moment, les plus hautes autorités ont dit niet et font comprendre que l'appel d'offres international sur la 4G qui sera lancé exclura les opérateurs qui, par leurs manœuvres d'entente illicite, se sont exclus eux-mêmes de fait.
 
Badara SENVIDEO
 

Vues: 484
Commentaires des invites:
VOTRE NOM:  

  Cliquez Ici pour Ajouter des émoticones (emoticones)
Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant. Quiconque ne respectant pas nos règles sera définitivement banis de ce system et votre adresse IP sera bloquée.
Les derniers articles publies

 
About Us | Help | Advertise | Terms of Use | Privacy Policy |
Copyright © 2007-2014 SenVideo. All rights reserved
View Large Image