Lettre ouverte à Ismaïla Madior Fall (Alioune Badara Bèye)


Lettre ouverte à Ismaïla Madior Fall (Alioune Badara Bèye)
M. le Professeur, Vous prétendez, dans la publication faite dans nombre de journaux en ce 23 février 2016, avoir plus d'autorité que les autres spécialistes du droit qui se sont arrogés la prérogative de parler de « votre constitution ».
Ils ont visiblement commis un sacrilège, car si le spécialiste émérite que vous êtes prend position, il nous faudrait « boire ses propos » qui tels des paroles d'évangile ne sauraient être sujet à discussion.
 
Mais, acceptez, Mr le professeur, que ces messieurs, qui vous ont tout de même devancé dans cette matière noble qu'est le droit, ont la capacité de comprendre et commenter des textes de droit. Souffrez, Mr le professeur, que ces éminentes personnalités, esprits tout aussi brillants vous apportent la contradiction.
Et ils n'ont véritablement pas tort puisque confortés dans leur compréhension par celui que vous considérez comme votre alter- égo, l'honorable professeur et ancien médiateur de la république, votre professeur.

Mr le professeur, défendez votre position si tant est qu'elle est vôtre, avec seulement des arguments techniques, sans dénier aux autres le droit à la parole sous prétexte qu'ils ne sont pas spécialistes du domaine (se spécialiser en droit constitutionnel ne prend pas une dizaine d'années). Ceci ne saurait suffire pour convaincre les profanes que nous sommes, nous sénégalais appelés à voter ce texte et désireux de savoir dans quoi nous sommes embarqués, d'autant qu'on nous rabâche sans cesse que nul n'est censé ignoré la loi.

Acceptez aussi, Mr le professeur, que nous citoyens retournions à des personnes autres que vous, pour satisfaire notre soif de savoir, quand vous , l' agrégé en droit public et de science politique, professeur titulaire des Universités et quoi encore...échouez à étancher notre soif inextinguible de savoir en disant une chose un jour et le lendemain son contraire.

Mr le professeur, vous trouvez curieux que le Conseil constitutionnel dénomme « décision n°1 » et que des commentateurs lui disent : Non, vous avez rendu un AVIS. Il est aisé de comprendre que l'on cherche désespérément à imposer sa pensée comme étant celle du Conseil.
Mais, en suivant votre logique, je vous rétorquerai que je m'étonne tout autant que dans la décision précitée, le Conseil dise : « le Conseil est d'avis », et que vous commentateur, dîtes que le « Conseil a décidé ».

Ayez l'amabilité de permettre aux autres, ce que vous vous êtes permis.
Aussi, s'il faut véritablement être spécialiste d'une matière pour en parler, il aurait fallu faire preuve d'honnêteté intellectuelle, pour ne pas travailler sur l'acte 3 de la décentralisation, que vous avez piloté et qui, confronté à la réalité, montre des tares congénitales au grand dam des collectivités locales.
En outre, vous, spécialiste du droit constitutionnel, avez vu, si je ne me trompe, le Conseil constitutionnel prendre le contre-pied de vos allégations un soir de Mars 2012.
Bien qu'éminent spécialiste, vous n'aviez pas vu juste, à moins que ce soit ledit conseil qui avait tout faux.
Par ailleurs, la question qui est sur toutes les lèvres et à juste titre, est, en quel Ismaïla avoir foi, vu vos deux versions d'une même problématique.
Mr le professeur, oui, on peut aisément comprendre qu'un avis puisse être contraignant.
Aussi, il est vrai que dans un état de droit, c'est la vérité judiciaire qui compte et que les spécialistes du droit tout comme les citoyens n'ont que des opinions, donc comprenez que vous n'avez tout aussi qu'une opinion qui n'est forcément pas la vérité.
Toutefois, il n'est nul besoin d'être spécialiste, agrégé en quoi que ce soit, pour comprendre l'humilité qui semble véritablement vous faire défaut, quand, vous prétendez que la présente révision constitutionnelle dont vous êtes le parrain est la plus grande des révisions consolidantes de l'histoire du Sénégal.
Faîtes preuve Mr le professeur, non pas d'obséquiosité, mais juste de plus d'humilité pour éviter de finir comme le fils de Liriopé, qui jadis tomba amoureux de sa propre image.

Alioune Badara Bèye
[email protected]
 
Badara SENVIDEO
 
Dans la meme Rubrique
          



Vues: 520
Commentaires des invites:
VOTRE NOM:  

  Cliquez Ici pour Ajouter des émoticones (emoticones)
Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant. Quiconque ne respectant pas nos règles sera définitivement banis de ce system et votre adresse IP sera bloquée.
Les derniers articles publies

 
About Us | Help | Advertise | Terms of Use | Privacy Policy |
Copyright © 2007-2014 SenVideo. All rights reserved
View Large Image