Vote du budget du ministère de la femme – "Xuloo" en série à l'Assemblée nationale
 
L'examen du vote du budget du ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfance a été marqué un « xulo » (dispute) entre deux honorables députés. Il s'agit du député Amy Cheikh Diop Apr et sa collègue Ndèye Awa Mbodj de Bess Du Niakk, toutes les deux sont du département de Pikine. Tout est parti de la seconde nommée qui a interpellé le ministre sur le mode de financement des femmes qui n'est pas équitable, puisqu'il y a un parti-pris et qu'on ne finance que les gens de l'Apr. La réponse ne s'est pas fait attendre, car dès sa prise de parole, Amy lui a lancé des piques. « Nous n'avons pas de liste Pds, ni Apr... ». Elle est aussitôt interrompue par Mme Mbodj avant que les mots ne commencent à voler bas. Sacré marché national...

Restons toujours à l'hémicycle, cette fois-ci ce n'est pas entre député, mais entre le ministre et Awa Guèye présidente de séance.  Que s'est-il passé entre ces deux dames ? En tout cas après la lecture du rapport, la présidente a demandé au ministre si elle a des observations à faire. Mariama Sarr se lève et commence à explorer aussi bien la forme que le fond, avant d'être interrompue par la présidente. « Mme le ministre, c'est juste au niveau du fond ». Ne se laissant pas désarçonner, Mariama Sarr, très calme, rétorque, « vous m'avez demandé de faire des observations, donc, je les fais autant sur le fond que sur la forme ».

Finissons avec l'Assemblée nationale avec le député Fatou Thiam du Pds qui s'est illustrée, en demandant au ministre des réponses précises. « Mme le ministre, j'ai lu dans un journal où vous avez tenu des propos que les députés sont des wayaan kat ». Je ne suis jamais venue dans votre bureau pour demander un seul sou,  xadiu ma sii. Le panier de ramadan que vous avez donné aux députés, je n'ai pas jusqu'à présent récupéré ce panier. Donc je n'en fais pas partie j'espère », a-t-elle taclé.

Très vexée, Mme le ministre Mariama Sarr a demandé pardon aux députés en imputant la responsabilité au député Awa Niang. « Ce qui s'est passé, j'ai discuté avec mon amie qui s'appelle Awa Niang, député 2e questeur à l'Assemble nationale, le jour du Magal. Et nous avons discuté entre sœurs sur des propos que je ne vais pas détailler ici. Mais je tiens à demander pardon aux députés qui pensent que j'ai tenu de tel propos » s'excuse-t-elle. Avant de poursuivre, « j'ai discuté avec une amie, une sœur, on m'a trahie, toute la discussion n'était pas dite ». Ovationnée par les députés, elle se lave à grande eau et indexe le député. Frustrée et touchée dans son honneur, la députée Awa Niang qui était dans tous ses états, voulait coûte que coûte avoir la parole pour répliquer. « Mme la présidente, vous allez me laisser parler, car je veux défendre mon honneur » disait-elle toute agitée. Hélas ! Elle n'a pas pu donner sa version des faits.  Car selon la présidente Awa Guèye, le ministre a le droit de citer les députés. Affaire de femmes !

source: Le Populaire

Dans la meme Rubrique
          



Vues: 637
Commentaires des invites:
VOTRE NOM:  

  Cliquez Ici pour Ajouter des émoticones (emoticones)
Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant. Quiconque ne respectant pas nos règles sera définitivement banis de ce system et votre adresse IP sera bloquée.
Les derniers articles publies

 
About Us | Help | Advertise | Terms of Use | Privacy Policy |
Copyright © 2007-2014 SenVideo. All rights reserved
View Large Image