Entre finesse et sensualité, Nafytoo a conquis l'univers de la lingerie dans le monde entier. Au Sénégal, elle en est la fine fleur... De son vrai nom Nafissatou Diop, la créatrice de mode a su donner aux dessous des femmes un caractère noble et surtout indispensable pour combattre la grisaille dans le couple. Pleine de ressources, celle que l'on surnomme l'«ambassadrice de la lingerie et de la légendaire séduction sénégalaise» nous livre dans cet entretien ses secrets, ses «armes de séduction massives» Rideau rouge...
 
Pouvez-vous nous donner l'explication de votre surnom Nafytoo ? 

Nafytoo est le diminutif de Nafissatou, un surnom que m'a donné un très bon ami qui trouvait Nafissatou long et Nafy court. J'ai aimé et j'en ai fait ma marque. 

D'où puisez-vous votre inspiration ? 

Je suis très inspirée par le corps de la femme qui est fait de courbes et de rondeurs. Je le compare parfois à un paysage avec des petites vallées et collines, un paysage que je décore avec ma lingerie et mes accessoires. Mais l'inspiration est incontrôlable et inattendue. Elle peut venir d'une chanson, d'un objet ou d'une rencontre. 

Comment se porte la lingerie au Sénégal ? 

Tant qu'il y aura des mariages et des couples, la lingerie se portera bien. Surtout au Sénégal. Vous savez bien que toute sénégalaise qui se respecte a un tiroir rempli de lingerie et surtout de perles et de pagnes. 

Vous utilisez le crochet pour la plupart de vos créations, une matière qui tend à disparaître sous nos cieux. Comment parvenez-vous à tirer votre épingle du jeu ? 

Je ne sens pas du tout cette disparition dont vous parlez. Il faut dire aussi que depuis quelques années, je mélange le crochet avec des perles ou de la dentelle. Le plus important est le rendu du modèle sur la personne et non la matière. J'essaie d'innover continuellement sachant que la lingerie est un produit qui doit être porté à des intervalles espacés. 
 
Au Sénégal, nous avons des réalités qui font que les femmes sont beaucoup plus habituées aux petits pagnes et autres... Comment arrivez-vous à imposer vos produits ? 

La moitié de mes collections est composée de petits pagnes et le reste de nuisettes et autres. Si vous vous fiez à mes catalogues pour l'exportation, vous verrez peu de pagnes certes. Ma clientèle occidentale a du mal à nouer le pagne, je leur propose donc des modèles à lacer sur le côté. Mais une femme qui se limite aux petits pagnes créera rapidement l'ennui auprès de son homme. Il faut varier les styles et le surprendre au maximum. 

Quelle tranche d'âge et quel genre de femmes (diongomas, driankés, grandes dames, jeunes filles, intellectuelles...) retrouve-t-on généralement dans votre clientèle ? 

Je reçois des femmes de 25 à 6o ans en moyenne. Vous savez bien que la femme sénégalaise est soucieuse de sa féminité et de la séduction dans son couple. Il n'y a pas d'âge ni de génération pour être sensuelle et séduisante. Quand on est en couple, on ne doit jamais baisser les bras, sinon la monotonie s'installe. 

Les prix sont-ils accessibles à tous ? 

Tout à fait, vous pouvez même trouver des ensembles à moins de 15 000 FCfa chez Nafytoo. 

Est-ce qu'il arrive que des hommes viennent à vous pour acheter de la lingerie fine pour leurs dames ? 

Oui et je prends toujours plaisir à recevoir ces hommes modernes qui, d'ailleurs en passant, me suggèrent de sortir une ligne masculine. Je suis tout à fait d'accord avec eux, car j'estime qu'il serait temps que les Sénégalais soient eux aussi «jon¬gués» comme on dit chez nous. Notre culture veut que tous les efforts dans ce sens ne soient fournis que par les femmes, ce qui est injuste. 

On a l'impression que Nafytoo privilégie beaucoup plus le marché international que celui national... Pourquoi cette option ? 

Oh non, c'est une fausse impression. J'ai une boutique à Dakar et je suis très disponible. Pour l'extérieur, je suis parfois invitée à des «Fashionweek» ou ventes privées certes, mais je suis obligée de me déplacer pour faire la promotion de la lingerie et des atouts de séduction de la Sénégalaise. 

Sur un autre registre, Nafytoo a participé à des élections Miss à Paris. Pouvez-vous revenir sur cette époque de votre vie ? 

Je n'ai pas participé à des élections de miss en tant que tel. J'ai habillé les concurrentes. C'était juste après mes études de mode et c'était une belle façon de me faire la main. 
 
Vous vous êtes également essayée au métier d'actrice lors d'une série télévisée sur France 5. Dites nous-en un peu plus. Peut-on s'attendre à ce que vous investissiez ce créneau un jour? 

Pour cette petite série, j'ai juste joué mon rôle de créatrice de lingerie qui recevait la visite d'une vieille amie et lui racontait sa nouvelle vie... Ce n'était donc pas très difficile. Mais c'était une belle expérience, à refaire peut-être un jour, qui sait ? Je suis fascinée par le cinéma et une grande cinéphile d'ailleurs. 

Avez-vous d'autres activités en dehors du design ? 

Toutes mes autres activités professionnelles sont liées à mon métier. Ce sont les enterrements de vie de jeunes filles et les ventes privées dans d'autres pays d'Afrique, surtout en Afrique centrale ou les petits pagnes et perles commencent à s'installer sérieusement. Je m'efforce d'être à la hauteur de mon surnom d'«ambassadrice de la lingerie et de la légendaire séduction sénégalaise». 

Vous êtes une femme très coquette, avenante et aguichante (dans le bon sens du terme), à l'image de la femme sénégalaise. Peut-on en déduire que vous êtes également «salan salan», «mok pocc»... ? 

Je vous remercie pour ces compliments, mais je dirai, en toute modestie, que je ne le suis pas plus que celles qui se déplacent et viennent me voir pour entretenir leur vie de couple. Mon métier me place dans une situation privilégiée, car j'en apprends tous les jours. En plus de mon savoir et de mes créations, chaque cliente qui passe me laisse, avant de partir, une astuce de plus. 

Quelles sont vos armes de séduction ? 

La douceur, la lingerie, les perles, le «thiouraye» (encens) et les épices secrètes du rideau rouge (cette pièce de ma boutique réservée exclusivement aux femmes). 

Nafytoo est-elle un cœur à prendre ? Les hommes se bousculent-ils à vos pieds ? 

Tant qu'on n'est pas mariée, on reste un cœur à prendre ...L'homme est un chasseur par nature. Ils se bousculent aux pieds de toutes les femmes disponibles. Il faut juste tamiser, trier pour reconnaître le sérieux du beau parleur. 

Votre actualité ? 

Des tournées en Afrique pour la promotion de mes produits et la découverte des autres pays de notre continent. 

Vos projets immédiats et futurs? 

La création d'une ligne de lingerie industrielle, une ligne pour homme et une troisième participation au Salon international de la Lingerie de Paris. 

Le mot de la fin ? 

Je vais me répéter et dire aux hommes ce que les femmes leur reprochent en général. Il serait temps que la roue tourne et qu'ils fassent à leur tour des efforts en matière de séduction. Il est vrai que, dans notre culture, c'est à la femme d'être «jongué» et «mok pocc» comme vous dites, mais il est temps que ce soit donnant donnant.
 
source: webnews  
Dans la meme Rubrique
          



Vues: 9558
Commentaires des invites:
Ecrit Par mia ( il ya 2772 jours )
" estk c possible l'adresse de sa boutique à dakar ? svp   
VOTRE NOM:  

  Cliquez Ici pour Ajouter des émoticones (emoticones)
Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant. Quiconque ne respectant pas nos règles sera définitivement banis de ce system et votre adresse IP sera bloquée.
Les derniers articles publies

 
About Us | Help | Advertise | Terms of Use | Privacy Policy |
Copyright © 2007-2014 SenVideo. All rights reserved
View Large Image